Et si les micro-interactions aidaient les marques à se concentrer sur l’essentiel ?

Avec le développement des micro-interactions, les marques ne peuvent plus passer autant de temps à valider le moindre aspect « image » avant de prendre la parole. Il ne s’agit pas de bâcler contenus et accroches, mais il est impossible d’apporter autant de fine-tunning et de validation à ces aspects quand on prend la parole plusieurs fois par jour là où ont prenait la parole au mieux une fois par mois il y a quelques années.

Si les marques sont prêtes à prendre ce risque, c’est que ces micro-interactions leurs permettent de mettre en avant des éléments bien plus important que « l’emballage » de leur offre: argumentaire personnalisé autour de leur produit, satisfaction du client, nouvelles expériences,…

C’est un phénomène j’ai pu percevoir très nettement avec GoodPeopleRun: les marques préfèrent organiser des sorties en groupe régulières avec leurs clients, organisées de façon très simple et sans grand renfort d’achat média, plutôt que concevoir des campagnes d’image léchées. Elles arrivent ainsi à toucher du doigt ce qui doit rester au cœur de leur marque: favoriser la pratique de la course à pied.

C’est finalement très cohérent avec la tendance actuelle du retour à l’essentiel en matière de consommation. Ce retournement est positif, et on peut espérer que les marques donneront toujours plus d’importance à l’expérience offerte, aux qualités intrinsèque du produit et au service associé plutôt qu’aux éléments visuels et rédactionnels.

Startups : à l’attaque du marché des entreprises
Mettre en relation clients et vendeurs : Research online, buy offline