La meilleure source de motivation est le sentiment de possession

« Another big aspect of this is ownership. If you work on something for a long time, you need to feel like you own a large part of it. This will allow you to take up responsibility for the decisions you make.

Ownership and responsibility lead to making the best decisions for the product, and will make you put in extra hours when needed, just so you can ship something you’re proud of. »

– Tim Van Damme, Inside the mind of a designer: Meet Instagram’s Tim Van Damme

Ayant travaillé dans le domaine du digital au contact de tous types de profils, aux cultures différentes, je me suis régulièrement lancé à la poursuite de la source de motivation la plus efficace pour obtenir le meilleur d’une équipe. C’est en quelques sortes ma quête du graal personnelle.

Il s’avère que ce n’est pas la pression, ni l’argent ou les « incentives », il s’agit du sentiment de possession.

Je n’ai jamais vu des équipes aussi motivées que lorsqu’elles avaient le sentiment que ce qu’elles produisaient, que ce soit le design d’un site, sa conception, son développement, ou encore la conception d’une campagne, leur appartenait pleinement.

Une fois que cette idée est ancrée en nous, nous sommes prêts à beaucoup pour sortir le projet avec la meilleure qualité possible : fignoler une requête SQL jusqu’à trouver la solution la plus élégante et efficace, retoucher un design jusqu’à ce qu’il soit parfait au pixel près, se replonger dans des documents d’insights consommateurs jusqu’à ce que l’on puisse s’identifier à la moindre de leurs décisions,…

Le sentiment de possession nous engage, car il implique un sens de la responsabilité énorme, et touche à la motivation ultime de l’échelle de Maslow : l’estime de soi. Mais c’est une responsabilité qui reste positive et qui favorise la créativité et le soucis du détail, tout en étant efficace à long terme, à l’inverse des sources de motivation les plus souvent utilisées sur ce type de projet.

Le planning strat à l’épreuve du buzz bref
Rory Sutherland au TED : la valeur perçue