La construction de la marque par les interactions : l’exemple de Burger King

« The top brand in the world belongs to a player, Google, that…uhhh…doesn’t advertise. »

– Umair Haque, The shriking advantage of brands

La construction de la marque ne se fait plus par la publicité, elle se fait par l’interaction. Par l’interaction avec le produit et l’expérience qu’il procure (et ce n’est pas nouveau), mais également par les interactions que la marque peut avoir avec ses consommateurs, en particulier sur le digital.

Si je prends l’exemple de Burger King, c’est une marque qui a une image très forte dans mon esprit alors que je n’ai quasiment jamais été confronté à des prises de parole publicitaires de la marque.

Mais j’ai pu avoir ces dernières années de nombreuses interactions avec la marque :

  • des interactions “produit” quand j’ai consommé à quelques reprises “Whoppers” et “Tendercrisps”
  • l’excellent jeu Facebook “Whopper Sacrifice”, qui m’a permis au passage de supprimer quelques “amis” Facebook.
  • de nombreuses rumeurs annonçant le retourne l’enseigne en France qui ont à chaque fois déclenché de très nombreuses citations de la marque.
  • une très forte proximité avec les fans de la marque démontrée sur les prises de parole de Burger King pour ses ouvertures de magasins

construction

Ces interactions ont permis à la marque de m’apparaitre comme étant anti-conformiste et surtout extrêmement attractive (sans parler du Whopper…).

Cette image est essentielle puisque c’est elle qui va ensuite influencer mes décisions d’achat. Et créer des files d’attentes devant un vulgaire fast-food.

Startups : à l’attaque du marché des entreprises
Mettre en relation clients et vendeurs : Research online, buy offline