La « crédibilité » du community manager externe

Parmi les partisans du community manager externe, l’un des arguments les plus souvent avancés est le fait que le community manager externe serait plus crédible que celui qui travaille en interne. Son externalisation le rendrait plus objectif, plus honnête dans ses prises de position vis-à-vis de la communauté.

Les internautes ne sont pas dupes. Un community manager externe est payé par la marque, il existe donc le même rapport de subordination. D’autant plus qu’il peut plus facilement perdre son contrat si la marque n’est pas satisfaite de son travail.

De plus, le community manager externe n’est pas un « insider », il est beaucoup moins proche de la source d’information, et il lui manque le plus souvent une forte expérience du secteur considéré.

La crédibilité ne se gagne pas en payant quelqu’un d’externe à la société. Elle se gagne en faisant preuve de transparence, d’écoute, de dialogue, d’honnêteté, de compétence. Elle se gagne en montrant que la marque et ses représentants (dont le community manager, donc) ont une vision précise et pertinente des évolutions du secteur et des motivations des consommateurs.

Startups : à l’attaque du marché des entreprises
Comment organiser le community management ?