Le planning strat à l’épreuve du buzz bref

Les lip dub ont mis quasiment un an avant d’être considérés comme complètement old et produire un effet négatif en termes d’image pour les retardataires.

Il n’aura fallu que quelques semaines aux harlem shake pour en arriver au même point.

C’est un sacré challenge pour les marques et leurs agences. Les choses s’accélèrent sans cesse et le “cycle de la hype” d’un buzz est maintenant bien plus court que celui de la validation d’un concept, du planning strat en agence au déploiement par la marque. Il est donc très compliqué, avec les processus de travail actuels entre agence et annonceur, de rebondir sur l’actualité.

Certes les marques n’ont pas forcément à chercher à suivre les tendances du web, et sans doute même à créer leurs propres tendances, mais rebondir sur ces buzz et ces memes est un excellent moyen de profiter d’un apport important en notoriété et image à moindre coût.

Que faire alors? Il faut sans aucun doute repenser la façon dont les annonceurs travaillent avec leurs agences. Tout comme la question de l’intégration du community manager en interne a bien progressé, celle de l’internalisation du planner stratégique devrait se poser assez rapidement. Pour rentabiliser le poste, il pourrait s’étendre de la communication au marketing produit, en passant par les sujets communautaires. Encore un beau challenge de chasse au mouton à cinq pattes pour les services de recrutement !

PS: Je sais, je suis déjà bien old avec cette vidéo 🙂

PS2: J’ai aussi honte de mon titre, orgie de buzz words…

La meilleure source de motivation est le sentiment de possession
Rory Sutherland au TED : la valeur perçue