Une communauté ouverte ou une communauté soudée ?

Créer des liens forts entre les membres d’une communauté est extrêmement positif à long terme. Cependant, la plupart des techniques qui permettent de souder une communauté ont également comme conséquence d’éloigner les nouveaux membres qui souhaiteraient la rejoindre: créer un esprit et une culture forte, regrouper les membres contre des menaces extérieurs, faire naître des usages, mettre en avant les membres les plus anciens…

L’exemple des forums est en ce sens assez parlant: les nouveaux sont rarement accueillis à bras ouverts tant qu’ils n’ont pas fait leurs preuves. On peut le regretter, mais c’est la conséquence de la force du noyau de la communauté. Plus une communauté est forte, plus elle semble fermée vue de l’extérieur.

La façon la plus naturelle de faire face à cette problématique est de la rendre séquentielle: il paraît en effet pertinent de commencer avec une communauté ouverte, pour attirer un maximum de membres, puis de chercher à créer du lien, en prenant le risque de limiter l’acquisition de nouveaux membres, lorsque la taille critique est atteinte.

Ce n’est pourtant pas aussi simple: tout d’abord, une fois qu’une communauté a grossi, il est beaucoup plus complexe de créer des liens entre ses membres, mais il faut aussi prendre en compte le fait que le meilleur moment pour rapprocher les utilisateurs entre eux est leur intégration à la communauté. Si un membre ne ressent aucun lien en approchant la communauté, il a peu de raisons de faire l’effort de s’y intégrer.

Difficile de limiter la création de liens forts entre les membres, mais il est par contre indispensable de réaliser que ces liens seront autant de barrières pour les nouveaux membres. Les actions mises en place pour accueillir les petits nouveaux sont cruciales.

Mettre en relation clients et vendeurs : Research online, buy offline
Comment organiser le community management ?